bienvenue chez les Ohl

 

 nous revoilà dés dimanche 14 août 2016

Uberach : bienvenue chez les Ohl !

Article du 6 janvier 2016

Caroline et Bernard Ohl © GP

Voilà une demeure dont on vous a déjà vanté la sagesse, la modestie, la gentillesse, qui illustre à merveille le savoir-recevoir à l’alsacienne et le sérieux dans l’exigence avec le rapport qualité-prix en ligne de mire. Tenez, le midi, le « plat du jour » offre, pour 9,50 €, c’est le mot la salade asiatique avec son nem de volaille, le cannelloni bolognaise et l’exquise salade si bien assaisonnée (au Melfor) du jardin du Papy. Et, pour 3,50 €, on rajoute l’assiette des trois chocolats (mousse, charlotte, fondant). Qui dit mieux?

Ballottine de volaille © GP

On glisse encore les vins à prix tendres, comme ces pinots noirs signés Rhulman à Dambach et Straub à Blienschwiller, qui flirtent avec les 20 €. On ajoute que les tables sont bien nappées, que les couverts ont de l’allure, que le service sourit. Aux commandes, deux pros qui régalent là depuis vingt ans, dans la discrétion, à deux pas de la brasserie et des maisons de distillation locales (Bertrand et Heppe). Bernard Ohl, formé jadis chez Anthon à Obersteinbach et au Cygne de Gundershoffen, comme son épouse Caroline connaissent la musique.

Faux filet de boeuf © GP

Pommes dauphines © GP

La seconde sourit avec l’évidence du naturel, le premier cuisine comme l’oiseau chante. Prenez la fine ballotine de volaille, le poisson du jour (maigre ou dorade poêlé avec fèves et riz sauvage), les viandes exquises (faux filet de boeuf au vin rouge, rognons escalopés) servies avec d’exquises pommes dauphines: tout cela ressemble à du bel art, sans chichi, ni forfanterie. Les desserts sont au diapason, comme la douceur au chocolat et clémentine ou les glaces du jour (pistache, vanille) avec leur meringue fine. Réservez de notre part: vous serez accueillis à bras ouverts!

Douceur chocolat et clémentine © GP

Restaurant de la Forêt

94, Grand-Rue
67350 Uberach
Tél. 03 88 07 73 17
Fermeture hebdomadaire: lundi soir, mardi soir, merc., jeudi soir.

août 2016

20140202_060132

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRgJwGnJ93CtPM6SnqdOBAAgqXBelKw1bqQKfWcuXFAfMqBxPfMcQ


 

Tous les dimanches, nous vous proposons:

Menu unique de 43 € à 47 €

Mises en bouche,

le choix entre une spécialité du chef  au foie gras autour d’une fraîcheur et un poisson du marché

granité,

Choix entre 3 ou 4 viandes

Sensation du moment

Bons cadeaux

vous pouvez offrir des bons cadeaux

  • donnez une valeur
  • Menu du dimanche boissons comprises à 108 € pour 2 pers.
  • Menu « découverte » 6 mets accompagnés de vin, apéritif, eau, café compris 148 € pour 2 pers.

Repas de famille


Nous vous proposons toute l’année

des menus adaptés à votre budget,

n’hésitez pas à nous contacter.

 

Uberach: la sagesse des Ohl par Gilles Pudlowski

Article du 24 août 2011 paru sur le site de Gilles Pudlowski
http://www.gillespudlowski.com/32591/restaurants/uberach-la-sagesse-des-ohl

Le village, dans un bourg industrieux du très travailleur Val de Moder (la Walck et Pfaffenhoffen sont la porte à côté), est fameux pour sa brasserie et ses eaux de vie. Je vous en parle vite. Mais non sans adresser un coup de chapeau aux Ohl, qui ont transformé un café de village qui fut, jadis, un dépôt de bière, en une bonne table proprette et soignée.

On vient là pour le sourire de Caroline, la cuisine sage et fraîche de Bernard, les tables bien nappées, les vins sérieux, les tarifs tout petits, le menu du jour adorable. Ce jour là, pour 9 €, on offrait c’est le mot, salade de thon ou potage du jour, plus joues de porc braisées avec leur jus au vinaigre de vin (maison, svp!), plus potée de pommes de terre et haricots du « jardin de Papi ». Pour 15 €, c’était le menu « affaire », avec les mêmes entrées, mais aussi le civet de biche de la chasse de Baerenthal, plus des spaetzle maison, la tarte aux quetsches du verger du même Papi.

Formé, jadis, chez Anthon à Obersteinbach, dont je vous parlais hier, et au Cygne de Gundershoffen des Paul, Bernard manie le raffiné et le rustique avec maestria, joue les abats (rognons de veau déglacés au porto et quelques fines échalotes) ou la mer en toute fraîcheur. C’est sur ce dernier point qu’il vous séduit un jour de grande chaleur, avec sa salade de poisson tiède plus une sauce safranée, une dorade (du jour!) en filets, accordée aux légumes provençaux, une trilogie (saumon, dorade, lieu jaune) avec sa sauce changeante, sans omettre l’amusant filet de sandre au foie gras sur son lit de nouilles.


Dorade du jour © GP

Sandre au foie gras et nouilles © GP

On boit là dessus un frais riesling Kaefferkopf de chez Adam, sans faire l’impasse sur les desserts, comme cet emblématique parfait glacé au Grand Marnier avec ses tranches de fraises. Joli et bon.


Tarte aux questches © GP

Patrfait glacé au Grand Marnier et tranches de fraises © GP